Tous les articles

Tous les articles en lien avec Le succès de Yellow card

  • Doulaye, une saison des pluies
    Une élégante tentative de rencontre entre deux mondes comme entre le souvenir d’enfance et la réalité d’aujourd’hui. A la recherche d’un ami de son père au Mali, Imbert se laisse heureusement bousculer par ses rencontres…
  • Cinémathèque africaine : la route est longue
    A l’occasion du Fespaco 97, rencontre avec Ardiouma Soma qui dirige la cinémathèque africaine de Ouagadougou : bilan et perspectives.Il y a urgence ! Des films se perdent et c’est la sauvegarde du patrimoine culturel afr…
  • Fespaco 97 : les courts valent le détour
    Les courts métrages présentés au Fespaco sont souvent comme un bain de jouvence : c’est là que de jeunes (ou moins jeunes) réalisateurs proposent leur rénovation de l’écriture et de la thématique. La cuvée 97 ne déçoit p…
  • sur le tournage de La Genèse
    Bakary Sangaré J’ai commencé le son au cinéma sur Ta Donna avec un ingénieur en radio-électricité qui n’avait pas comme spécialité la prise de son cinéma. C’est avec Martin Boisseau sur Guimba que j’ai commencé à prendr…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Lionel Cousin
    Cheick Oumar Sissoko tenait beaucoup à faire ses films sans l’intervention de techniciens étrangers : Nyamanton et Finzan ont été faits avec des équipes entièrement africaines. Puis, on a fait Guimba ensemble, je suppose…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Kahena Attia, monteuse, Tunisie
    Ma culture est d’abord bilingue : je suis francophone et francophile, avec des études supérieures en France (IDHEC) puis une pratique de monteuse en France pendant de nombreuses années. Je me suis intéressée au montage c…
  • Auguy
    Le jeune cinéaste de RDC aborde avec un regard original la problématique de l’immigration et ses effets pervers dans le microcosme africain de Bruxelles, au rythme d’une rumba tropicale. Il trouve le ton juste pour relat…
  • Mouka
    Le prix de la meilleure image du film de court métrage est attribué à Mouka, deuxième volet de la trilogie consacrée aux enfants de la rue par le cinéaste burkinabé Adama Rouamba, à la suite du premier, Garba, distingué …
  • Nigeria : le requin vidéo
    Le phénomène vidéo marque l’image que nous avons du cinéma au Nigeria ! Il y a trop de vidéos produites au Nigeria ! On estime qu’il y en aura plus de 1000 en 2002 ! Les films étrangers ne peuvent entrer et se placer fa…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Flora Gomes et Serge Zeitoun
    Flora Gomes (réalisateur de Po di Sangui qui avait été en compétition officielle à Cannes) espérait terminer son film Nah Fala pour Cannes, mais ce ne fut pas possible. Nous l’avons rencontré en compagnie de son producte…
  • Casser les clichés : à propos de Bedwin Hacker
    Pourquoi ce sujet pour un premier long métrage ? Ce qui m’habitait le plus, c’était une réflexion sur le pouvoir de l’information et de la télévision. Je ne fais rien de didactique et avais des images assez oniriques au…
  • Bedwin Hacker
    Sacrée femme ! Kalt n’a pas froid aux yeux. Mieux : elle défie toute l’Europe dans ce qu’elle a de plus fort : la technologie. Kalt est un hacker télévisuel : elle réussit à brouiller les images des télévisions occidenta…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Wanjiru Kynianjui (Kenya)
    Défendre une partie de soi La Bataille de l’arbre sacré, mon premier long métrage, est tiré d’une nouvelle ougandaise que j’avais lue lorsque j’étais encore à l’école et que j’ai décidé de tourner lorsqu’étudiais le cin…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Tony Coco-Viloin (Guadeloupe)
    Pourquoi le cinéma ? Je suis né en Guadeloupe et y ai fait très jeune, dès 13 ans, de la radio. Havas commençait à s’intéresser aux radios libres et, de la publicité radiophonique, je me suis intéressé à la publicité au…
  • à propos de la Guilde des cinéastes
    Pourquoi s’organiser entre cinéastes comme ça ? Depuis quelques années, nous, cinéastes africains résidant en France, nous avons essayé de nous constituer en association, de manière à nous rencontrer souvent, parler de …
  • entretien d’Olivier Barlet avec Ousmane Sembène
    Guelwaar, votre dernier long métrage, est très peu passé en France : arrivez-vous à le présenter en Afrique ? Je l’exploite au Sénégal et dans toute l’Afrique francophone. Il passe dans des salles d’exclusivité et dans …
  • à propos de Ngor, l’esprit des lieux
    Présenté au Fespaco, Ngor, l’esprit des lieux est pour Samba Félix N’Diaye, célèbre documentariste sénégalais, un premier long métrage en forme de manifeste : comme dans tous ses autres films, il filme la résistance afri…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Joseph Gaye Ramaka (Sénégal)
    Produire et distribuer autre chose Depuis que j’ai créé en 1990 les Ateliers de l’Arche, je n’ai que produit les films des autres. Je voulais au départ comme réalisateur disposer d’un outil de travail et d’une certaine …
  • entretien d’Olivier Barlet avec Orlando Fortunato
    Comment êtes-vous arrivé au cinéma, quelle est votre démarche ? Sur la situation en Angola, les connexions qu’il y a là-bas aussi Le cinéma pour nous est d’une importance excessive, c’est la façon la plus simple pour no…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Ola Balogun (Nigeria)
    Un public mais un marché trop étroit L’expérience montre qu’on ne peut pas décréter à priori ce que doit dire le cinéma. Il doit être et les films doivent se faire. Dans l’ensemble de la production, des choix personnels…
  • entretiens d’Olivier Barlet avec Ngangura Mweze (Congo-Kinshasa)
    Pour un cinéma populaire Ce qui me donne la force de travailler, c’est la passion. On croit toujours être à une étape décisive et définitive ! Et pourtant, l’évolution de la vie fait que de nouvelles choses arrivent qui…
  • à propos de TGV
    Le contexte de TGV est en définitive assez tragique… Oui, mais je ne fais pas que parler de l’Afrique. Je trouve que tout voyage a quelque chose de tragique. Ce film ne nous parle pas de ce qui se passe en Afrique, ma…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Moussa Touré
    Qu’est-ce qui t’a amené au cinéma ? Mon père est mort lorsque j’avais 14 ans, mais il était passionné de photographie. Je lui disais toujours que j’aimerais bouger, et même des photos qui bougent. Il m’a laissé ses appa…
  • à propos de Tableau Ferraille
    L’art aide à rendre les gens heureux en les aidant à digérer la vie : il permet d’avoir prise sur ce qui nous entoure… J’essaye de faire abstraction de tout ce que je connais. L’ennemi de l’art, c’est l’ennui. L’artist…
  • entretiens d’Olivier Barlet avec Moussa Sene Absa (Sénégal)
    Affirmer une vision Il y a deux types de films : les films coup de gueule qui sont poignants et mettent les pieds dans le plat, et les films coup de coeur, films tendresse qui caressent dans le sens du poil et réconfort…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Melvin van Peebles (Etats-Unis)
    Comment en êtes-vous venu à faire du cinéma ? La première raison qui m’a fait faire du cinéma était la révolte que je ressentais face aux images du Noir visibles sur les écrans. Lorsque j’étais jeune, j’avais honte : le…
  • à propos de la rétrospective Sembène Ousmane au cinéma des Cinéastes
    Quelle retentissement attends-tu de cet événement ? Les films africains n’intéressent plus les exploitants de salles, ce qui rend très difficile leur accès au public. Je travaille depuis six ans à cet hommage car il me …
  • entretien d’Olivier Barlet avec Mama Keita
    Comment travaillez vous ensemble, quels types de rapports avez-vous dans ce groupe de gens qui veulent rénover le cinéma ? On se connaissait plus ou moins de vue, on a vraiment lié connaissance au Fespaco. On avait ente…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Sarah Maldoror (Guadeloupe)
    Filmer la poésie Le contexte historique de mes débuts exigeait un cinéma militant qui aujourd’hui me reste collé à la peau : j’ai, comme tout le monde, beaucoup de difficultés à travailler. Révolutionnaire et féministe …
  • entretien d’Olivier Barlet avec Abdelkdader Lagtaâ (Maroc)
    Vous abordez des sujets graves avec une grande légèreté. Est-ce votre caractère ou un choix particulier? Le ton de mes deux films précédents, Un amour à Casablanca et La Porte close, était assez dramatique, effleurant p…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Joseph Kumbela (Congo-Kinshasa)
    Comment es-tu arrivé au cinéma ? J’ai une formation de styliste que j’avais fait à l’âge de 16 ans à Paris. Ce travail m’a conduit à New-York où je partageais un appartement avec des danseurs de Broadway. J’ai commencé …
  • Editorial
    « Il y a là une douleur qui brûle d’occident jusqu’en orient, un sang qui crie de la terre jusqu’au ciel ; si je te le montrais tes yeux en seraient aveuglés, si je te le faisais entendre tes oreilles en seraient…
  • Afrique noire : écritures contemporaines d’expression française
    Sylvie Chalaye permet depuis le début à Africultures d’être la seule revue française (et le seul site internet) à rendre systématiquement compte des créations théâtrales africaines contemporaines. Alors que son livre « Du…
  • Cannes 2002 : vers un cinéma africain contemporain
    Principal rendez-vous mondial, le Festival de Cannes fait œuvre de baromètre pour une cinématographie. Voilà que l’Afrique noire est de retour dans les sélections cannoises : que cache le phénomène ?Cannes 2001 avait été…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Cheick Doukouré et Danielle Ryan
    Quelles ont été vos chances et difficultés dans la production de ce film ? Danielle Ryan : Le travail de Cheick Doukouré était un atout, avec sa filmographie : en dehors de Bako qui l’avait rendu célèbre dans toute l’Af…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Aboubacar Sidiki Soumah
    Aboubacar Sidiki Soumah revient sur sa chance d’avoir pu tourner « Le Ballon d’or » et ce que cela change pour un jeune d’être acteur dans un film.Comment as-tu pu tourner le Ballon d’Or ? C’était un coup de chance ! Quan…
  • à propos de Fatma
    Votre regard est à la limite du documentaire : le témoignage prend le dessus. Avez-vous mené une enquête pour faire ce film ? C’est moins une enquête que des rencontres. Quand l’idée s’est imposée, j’ai parlé avec les g…
  • entretiens d’Olivier Barlet avec Gaston Kaboré (Burkina Faso)
    Le risque de la dépendance La France joue une position clef dans le cinéma africain pour des raisons historiques. Le ministère de la Coopération trouvait important d’aider des auteurs africains à exprimer leur vision de…
  • entretien d’Olivier Barlet avec José Laplaine
    Filmer pour exister Je suis arrivé en Europe à 18 ans. J’allais beaucoup au cinéma à Kinshasa. Là-bas, le fait de pouvoir bosser un jour dans le cinéma me semblait complètement inaccessible. Même en Europe, il m’a fallu…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Issa Serge Coelo (Tchad)
    La vitalité africaine J’ai commencé sagement par l’histoire pour me forger une culture générale. Le cinéma m’est venu après des envies de journalisme. J’ai vite appris à mes dépens combien cette voie de l’information ét…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Henri Duparc (Côte d’Ivoire)
    Vous connaissez de grosses difficultés de financement… Les contraintes de financement que nous avons maintenant sont de loin plus restrictives que celles que nous avions il y a vingt ans. Depuis trois ans, aucune chaî…
  • à propos d’Immatriculation temporaire
    Quelle est l’origine de cette production ? À l’origine il y a la chaîne Franco-Allemande ARTE ; j’ai rencontré Pierre Chevalier responsable de l’unité fiction de ARTE France il y a deux ans ici au Fespaco, il a vu « Math…
  • entretiens d’Olivier Barlet avec Adama Drabo
    Sortir du conte Avec Ta Dona, j’avais voulu faire un film sur l’environnement avec le problème des feux de brousse. Avant de venir au cinéma, j’étais instituteur et avais donc un certain vécu avec les paysans, ce qui me…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Jean-Pierre Bekolo (Cameroun)
    Pourquoi avoir choisi Aristote ? Quand on m’a demandé de faire un film sur le cinéma africain pour le centenaire du cinéma, c’était déjà contradictoire. De plus, les autres réalisateurs étaient des grands, comme Scorces…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Bouna Medoune Sèye (Sénégal)
    Paris, une nuit de neige. Au téléphone, je dis à Bouna que je travaille sur les cinémas d’Afrique noire. C’est ce pluriel qui m’ouvre sa porte. Il refuse l’étiquette de cinéma africain :  » Je fais du cinéma !  » Ni notes,…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Cheik Doukouré
    Le choc des cultures Avant Blanc d’Ebène (1991) et Le Ballon d’Or (1993), j’avais en 1978 travaillé sur Bako, l’autre rive, de Jacques Champreux, qui a obtenu le prix Jean Vigo, un film sur l’immigration, une autobiogra…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Drissa Touré (Burkina Faso)
    Quel est le sujet de ton film à New York ? Un Afro-américain est à la recherche de son identité. Il rêve de l’Afrique et se retrouve dans un rituel africain mais s’exprime en anglais… Il rencontre un Américain d’origine…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Flora Gomes (Guinée Bissau)
    Un regard moderne Po di Sangui, mon dernier film, est un regard sur ma société de Guinée Bissau et sur l’Afrique mais c’est aussi un regard extérieur. On parle beaucoup d’environnement mais nous n’avons pas la même sens…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Yemané Demissié (Ethiopie)
    Le budget influence l’image Etant jeune, j’aimais voir des films mais n’ai songé à faire du cinéma que lorsque je suis venu aux Etats-Unis (Minesota) pour y faire des études de journalisme. Je ne pouvais cependant trouv…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Balufu Bakupa-Kanyinda
    Tu m’avais dit que tu t’inspirais de ce langage griotique qui s’appelle le Kasala, qui est donc originaire du Kasai. S’agit-il pour toi de quelque chose de pensé ou de très spontané, en références mentales ? En écoutant…