Tous les articles

Tous les articles en lien avec Donoma

  • Du nouveau au Fespaco ?
    Dans notre numéro 13 de décembre dernier, nous avons publié un entretien avec le secrétaire général du Fespaco, Monsieur Baba Hama. Il affirmait sa volonté de recentrer le festival sur son objet : la cuvée 99 devait être…
  • Editorial
     » Je t’aimerai (toi le somptueux présent) de tous mes souvenirs de nomade envieux du puits jaloux de la source  » Ghaouti Faraoun Pour une Danaïde.Douloureux, l’exil ? Sans doute. Mais ce détachement qui fait mal ou…
  • Le Rap au Cameroun
    Ce jeune groupe de rap de Yaoundé figure aujourd’hui parmi les leaders d’un mouvement musical qui depuis dix ans s’est fortement développé au Cameroun. Premier groupe à avoir organisé un concert de rap, enregistré une ma…
  • « Nous sommes tous responsables »
    Sa voix tendue sortant du fond des tripes et son incroyable présence sur scène rendent inoubliables Bomou Mamadou. Né en 1961 à Dimbokro (Côte d’Ivoire), il est comédien, danseur, chanteur, auteur et compositeur, autant …
  • Nouveautés du livre
    L’enfant-jazz, de Mohamed Dib, Ed. de La Différence, 1998, 156 p, 89 FF. Lorsqu’on évoque Mohamed Dib, on pense de prime abord au romancier prolifique (une vingtaine de romans et recueils de nouvelles) et on oublie souv…
  • Editorial
    Cet état des lieux de la production artistique en Afrique est accablant : droits d’auteur, structures, argent, tout manque. Mais plus grave encore est l’indigence des politiques culturelles. Même sans moyens, les Etats a…
  • Afrique : comment sauver le cinéma ?
    Angoisse dans les cinémas d’Afrique : leurs financements traditionnels en Europe risquent de se tarir tandis que les Etats africains restent sans politique culturelle. Le film, technique chère, pourrait-il laisser la pla…
  • Une Administration kafkaïenne
    Yvon Ogula Ivanga, frère du cinéaste Imunga Ivanga, cherche à créer une maison de production audiovisuelle à Libreville (Gabon). Péripéties administratives. » Fin mai 98, je me rends au ministère du commerce pour déposer …
  • « Un cinéma d’auteur apprécié est possible tout en faisant des films foncièrement tunisiens »
    Qu’est-ce qui vous a amené à la production cinématographique ? J’ai fait une école de cinéma et ai été assistant-réalisateur jusqu’en 1982, avec quelques expériences de direction de production. Je me suis aperçu que la …
  • « On navigue à l’instinct… »
    Le cinéma africain francophone s’est développé grâce aux aides européennes. Vous défendez un financement plus axé sur le privé. Une voie intermédiaire est-elle possible ? Je crois qu’on peut jouer sur les deux. L’essent…
  • « De quoi les artistse peuvent-ils vivre ? »
    Exemple des difficultés rencontrées par la production musicale dans de nombreux pays africains, entretien avec Stowell Dipakwet, manager à Libreville de groupes gabonais et notamment des rappers Siya Po’ossi X (sur lesqu…
  • Grandeur et limites des micro-projets
    Exemple d’un soutien massif à une production culturelle gérée par les acteurs africains, le programme régional bantu de l’Union européenne vient de tirer le bilan de ses quatre années d’existence.450 langues, soit le dix…
  • Kirikou et la sorcière
    Kirikou réjouit car il évite heureusement tous les clichés généralement rassemblés dans les films proposés aux enfants sur l’Afrique, et encore plus dans les dessins animés. Avec un très beau résultat.Encore dans le vent…
  • Nouveautés du livre
    La nuit de la lézarde, De Malika Mokaddem, Ed. Grasset, 1998, 228 p., 118 FF. Sassi et Nour sont les derniers habitants d’un ksar, village de pisé quelque part dans le Sahara algérien. Nour n’a pas suivi les autres dan…
  • Editorial
     » Un jour, la fille du Prophète était triste. Rien ne pouvait la distraire. Bilal est alors venu vers elle avec ses crotales : il a chanté, il a dansé, et la fille du Prophète a commencé à rire. Elle avait retrouvé sa ga…
  • De l’ambivalence du Noir
    Ecrivain tunisien, directeur de la revue Dédale, Abdelwahab Meddeb enseigne à l’université Paris X. Dernier livre paru : Blanches traverses du passé, éd. Fata Morgana, 1997. Il aborde ici les marques de l’Afrique noire e…
  • Les Rites de possession
    Décrivant tour à tour le candomblé brésilien, l’umbanda (ancienne macumba, Brésil), le vaudou haïtien, le ndeup sénégalais, le stambali tunisien, la derdeba marocaine et la pizzica (les  » tarentulés  » italiens), Lapassad…
  • Les Gnawa, thérapeutes de la différence
    Sociologue, anthropologue, enseignant à l’Université Paris VIII, théoricien de l’analyse institutionnelle et auteur de multiples ouvrages, Georges Lapassade s’intéresse depuis trente ans aux rites de possession, notammen…
  • Les fenêtres inédites des films d’Afrique noire
    Un des rares réalisateurs africains a avoir pris la plume comme théoricien et critique de cinéma, le Tunisien Ferid Boughedir, connu pour ses deux longs métrages Halfaouine, l’enfant des terrasses et Un été à la Goulette…
  • « Je préfère l’espace au territoire »
    Algérien noir de peau, chef opérateur et réalisateur de cinéma (Waala Fendo, 1997, sur le vécu des immigrés africains et Les Diseurs d’histoires, 1998, une exploration engagée des cinémas d’Afrique), Mohamed Soudani reve…
  • Tourbillon (Silmandé)
    Sorti à Ouagadougou où il a réalisé le meilleur score du cinéma burkinabè, ainsi qu’à Cotonou (nov.) et à Dakar (déc.), Silmandé est boycotté par les propriétaires de salles libanais ivoiriens qui possèdent plus de la mo…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Pierre Yameogo
    Tourbillon est dans la ligne de tes précédents films : une approche directe de la réalité africaine. C’est le style que j’ai adopté depuis que je fais du cinéma. Je m’inspire de la réalité car je considère que le cinéma…
  • Recentrer le Fespaco sur son objet
    Centré sur le problème des circuits de diffusion en Afrique, le prochain Festival Panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou se tiendra du 27 février au 6 mars 99. Attaqué de toutes parts après l’édition 97…
  • Africa Dreamings
    Diffusée en décembre sur la chaîne culturelle Arte, la série de six films de 26 minutes Africa Dreamings est une première : une collaboration panafricaine initiée par l’Afrique australe. Une réussite.Un sujet : l’Afrique…
  • Le Salon de la Plume Noire 98
    Après le toit de l’arche de la Défense l’année dernière, le Salon de la Plume Noire s’est recentré ces 16,17 et 18 octobre face à la Tour Eiffel, au Musée de l’Homme de Paris. Bien lui en a pris : il n’a pas désempli tro…
  • Editorial
     » J’en appelle au rire de sauvetage. J’exige le courage tragique de se marrer en connaissance de cause.  » Sony Labou Tansi, Note au metteur en scène Moi veuve de l’empire, oct. 1987.Quoi ? Ces Africains qui rigolent to…
  • Duparc a-t-il le rire ambigu ?
    Le rire cache les larmes jusqu’à en pleurer de rire… L’exagération produit un contre-discours fort sérieux. Ambigu ? Tout est bien sûr, une fois de plus, affaire de perception.La salle s’esclaffe et en redemande. Une c…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Henri Duparc
    Pourquoi tant de méfiance pour financer votre film ? C’est à cause de la méconnaissance totale du milieu immigré de ceux qui ont eu mon scénario entre les mains. On me reprochait souvent de montrer des situations confli…
  • Namur 1998 : un festival tous azimuts
    Passer quelques jours à Namur permet de remplir son panier : richesse de programmation, nombre de cinéastes invités, initiatives multiples tendant à décentraliser les projections et organiser des rencontres avec le jeune…
  • Raoul Peck : une leçon de cinéma
    Le choix des sujets – Ma manière de travailler est de collectionner des choses : photos, souvenirs, etc. Puis, vient l’envie d’explorer ce qu’on a réuni. Le long métrage sur Lumumba est un projet déjà vieux de neuf ans !…
  • Corps plongés
     » Se laisser plonger dans le moment et en sentir toute la force, toute la violence, comme un corps plongé dans un liquide « . En voix-off, Chase (Geno Lechner), une médecin légiste, cite des phrases de son journal. En déc…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Georgette Paré (Casting Sud)
    Créé en mars 1997 à Abidjan, Casting Sud se propose de promouvoir les comédiens et comédiennes d’Afrique et a déjà réalisé des annuaires nationaux comportant chacun une trentaine de comédiens (Côte d’Ivoire, Burkina Faso…
  • Slam
     » Je suis le Nègre intemporel Qui se balance au bout de pendules entrelacées comme des sarments de vigne Malgré les champs de mines d’esprits piégés Esclaves du temps  » Saul Williams (1)La caméra d’or attribuée à Ca…
  • Baby Mother
    Anita n’a qu’une idée en tête : devenir une star au dancehall local. Nous sommes à Harlesden, le quartier  » reggae  » au nord-ouest de Londres. Ici, le reggae est un style de vie, un langage, une façon de s’habiller et de…
  • Editorial
    « On me dira : c’est de l’histoire ancienne, Bambara et j’ouvre plein mes yeux pour ne pas perdre la douleur de l’inconnu » Mohammed Kacimi Le corps de la mémoire in : La Chaîne et le lien (Ed. Unesco)Encore l’esclav…
  • Vautier l’indomptable
    Les Etats généraux du film documentaire de Lussas (Ardêche, France) rendaient en cette année 1998 hommage à René Vautier dont les éditions Apogée venaient de publier les mémoires : Caméra citoyenne (240 p., 120 F – actue…
  • Hommage à Raoul Peck
    Du Haïtien Raoul Peck, Lussas donnait à revoir l’Homme sur les quais, son long métrage qu’il présente comme  » une parabole sur l’effet d’une dictature, d’une tension sur un corps social « . C’était l’occasion d’approfondi…
  • René Vautier : « il faut vivre avant de raconter »
    Rencontre avec René Vautier aux Etats généraux du documentaire de Lussas en 1998. Il évoque son combat anticolonialiste, le devenir d’Afrique 50 et la terrible situation en Algérie à l’époque de notre rencontre. René Va…
  • D’une brousse à l’autre
     » Tant que les lions n’auront pas d’écrivain, les histoires continueront de glorifier le chasseur « , dit le proverbe. C’est bien de cela qu’il s’agit dans le film de Kébadian : un regard sans complaisance mais attentif s…
  • Autres films sur les sans-papiers
    La Ballade des sans-papiers de Samir Abdallah et Raffaele Ventura (88 mn) suit frénétiquement la chronologie harassante des sans-papiers de St Ambroise à St Bernard, documentant à chaque étape les déclarations et les enj…
  • Four Little Girls
    Avec son premier long-métrage documentaire, Spike Lee apporte sa pierre dans l’édifice d’une mémoire historique du monde noir.Birmingam, Alabama, Etats-Unis, le 15 septembre 1963. Une bombe explose dans une église. Quatr…
  • Nouveautés du livre
    Le Passé sous silence, De Daniel Prévost, Ed. Denoël, 1998, 238 p., 98 FF. Un homme, Daniel Prévost (Denis dans le roman), s’est vu par la volonté de sa mère, Louise, privé pendant une cinquantaine d’années d’une part d…
  • Editorial
    « Pour moi, écrire, c’est construire un monde, plutôt reconstruire un monde, du moins me reconstruire un monde où je me situe, essayer de rétablir là une autre harmonie » Tchikaya U Tam’si, Entretien avec Honorat de Yegag…
  • Djibril Diop Mambety, in memoriam
    L’espace manque pour rappeler l’homme, l’ami, le solitaire, le maître en ironie, le fantasque, l’acteur… Celui qui à Cannes en 1973, quand on lui demandait de songer à la distribution de Touki Bouki, confiait cette tâc…
  • Cannes 98 : l’exclusion ?
    Après l’embellie de 97, la quasi-absence des films d’Afrique pointe le faible nombre de films produits et leur marginalisation.Pour la troisième année consécutive, Marc Nikaïtar et son équipe proposait une alternative au…
  • La Vie sur terre
    Ce long métrage de 61 minutes agit comme un concert. J’ai pensé à la clarinette de Dollar Brand quand elle s’élève solitaire pour capter l’essentiel ou au même Abdullah Ibrahim quand il se met à prier sur scène d’un seul…
  • à propos de La Vie sur Terre
    Je suis frappé par la continuité de La Vie sur Terre avec Rostov-Luanda et même Octobre, dans la place donnée à l’implication personnelle. Quand on fait ce métier, on a profondément envie de dire des choses et je crois …
  • Les convergences de Racines Noires
    Nous lui avions consacré le dossier de notre dernier numéro, et nous n’avions pas tort : le festival Racines noires fut un bijou car il permit de voir ce qui ne se voit jamais ; non seulement une rétrospective Melvin van…
  • 1998 : Le cri des cinémas arabes
     » Si vous n’avez pas vu ce film, allez le voir. Si vous êtes cinéastes, restez pour le revoir une seconde fois car ce film est une leçon de cinéma, ce qui n’est pas rien pour un premier film !  » Le président d’honneur de…
  • Editorial
    « Dans quelle nostalgie retrouver mon enfance ou sur quelle joue ? Qui contre mon sommeil a chanté les monstres ? Moi, la mer à bout de bras, quel délire ! » Tchikaya U Tam’si (Marines)Qu’on ne s’y trompe pas en ce…