Tous les articles

Tous les articles en lien avec Verre cassé

  • Première sélection du prix littéraire Kourouma dévoilée
    Ce 28 avril, le jury du prix Ahmadou Kourouma, du nom de l’écrivain ivoirien disparu en 2003, a dévoilé sa sélection 2021. Le prix 2020 avait été décerné à la romancière Hemley Boum pour son roman Les jours viennent et p…
  • Nimrod : pour une littérature chlorophyllienne
    Dans le nouveau roman de Nimrod, La traversée de Montparnasse, publié chez Gallimard (coll. Continent noirs) en février 2020, Kouassi, un jeune ivoirien aspirant écrivain se ballade d’une pensée à l’autre en empruntant l…
  • Ils soutiennent Africultures, ils en parlent
    « Les mondes en relation », tel est l’état d’esprit qui porte le projet Africultures depuis plus de 20 ans. 20 ans de travail de documentation des cultures africaines et diasporiques. Des milliers d’articles, interviews, c…
  • Géopoétique ou géopolitique ? Le retour de MC Solaar
    Au départ je n’rappais que des trucs assez cool à mes potes dans la cour de l’école – MC S., L’attrape-nigaud- Un artiste né en 1969, lorsqu’il fait une pause de dix ans avant d’initier un comeback, prend le risque d…
  • Ingrid Jonker n’est pas morte
    La première image qui nous est donnée d’Ingrid Jonker dans L’enfant n’est pas mort de Nimrod est celle d’une femme à la « générosité sans calculs ». Poète afrikaner en marge de sa société, opposée à l’apartheid, fragile,…
  • L’amour après l’amour – Printemps des poètes
    Chaque année, le Printemps des poètes célèbre, en France, la poésie. La 19e édition de ce temps fort, qui se déroule du 4 au 19 mars met particulièrement à l’honneur la poésie africaine francophone. A cette occasion, les…
  • Age d’homme, appétit de Monde et supplément de vie
    Publié chez Grasset, le dernier ouvrage de Alain Mabanckou, Le monde est mon langage, est un tour du monde dans la bibliothèque de l’auteur. « – L’écrivain est quelqu’un qui se délimite un espace très étroit et qui fouil…
  • Roland Barthes, son grand-père et le rêve des autres
    Dans le cadre de sa chaire de création artistique au Collège de France, Alain Mabanckou a convié l’intelligentsia des années 2010 le temps d’un colloque historique, sobrement intitulé  » Penser et écrire l’Afrique noire « …
  • Vers une critique africaine globale
    Nous assistons à une globalisation de plus en plus affirmée de la critique africaine (1). Il existe, au sein de cette critique, plusieurs tendances qui peuvent être regroupées en deux catégories : une critique ethnocentr…
  • Alain Mabanckou, hybridité, intertextualité et esthétique transfrontalière
    Prolifique, Alain Mabanckou compte à son actif dix romans, six recueils de poésie, quatre essais et deux livres pour la jeunesse. Plébiscité par les institutions littéraires prestigieuses, il est le récipiendaire de nomb…
  • « Le Collège de la France cosmopolite »
    Pour la première fois la chaire annuelle de création artistique du Collège de France ouverte en 2005 invite un écrivain à y officier. Et cet événement est double puisque cette chaire a été confiée à Alain Mabanckou, fais…
  • Les Transparents de Ondjaki
    Dans une langue sublime, poétique où les personnages sont plus attachants et détonnants les uns que les autres, Ondjaki nous livre un récit puissant au coeur de Luanda, en Angola. Les Transparents est un coup de coeur éc…
  • Nimrod chez Aimé Césaire, « grand arpenteur de l’espérance »
    En 2013 a été célébré avec enthousiasme le centenaire de la naissance du poète prodige au verbe fulgurant, dont André Breton disait que la parole était « belle comme l’oxygène naissant ». Aimé Césaire. Le romancier, poète …
  • « Il n’est d’arme plus sûre contre le racisme que la confiance en soi. »
    Un attachement viscéral relie Nimrod à l’œuvre d’Aimé Césaire. Le poète prodige au verbe fulgurant dont on a célébré en 2013 le centenaire de la naissance. Celui-là même qui, faisant montre d’une détermination sans relâc…
  • Rentrée littéraire 10 : Visite à Aimé Césaire de Nimrod
    En juin 2013, Aimé Césaire aurait eu cent ans. De nombreux ouvrages ont célébré le poète, comme ce court ouvrage de Nimrod, publié par les éditions Obsidiane pour « saluer, au printemps, le centenaire » de cette naissance….
  • Black Bazar : Aux sources de la rumba
    Le temps des orchestres de rumba congolaise est révolu. Même le Staff Benda Bilili a fermé boutique. Avec le groupe [Black Bazar], Alain Mabanckou a voulu inverser la tendance…Enlevez votre manteau avant d’entrer parce q…
  • Transhumances littéraires africaines :
    Les Étonnants Voyageurs viennent d’achever leur 24e édition à Brazzaville. Une édition qui a fait grand bruit. Les questions du « retour » et de « l’hybridation » ont été sur toutes les lèvres, en attestent les nombreux arti…
  • Les Étonnants Voyageurs à Brazzaville : quelles économies du livre en jeu ?
    La 24e édition du festival des Étonnants Voyageurs commence le 13 février 2013 à Brazzaville. Le programme est alléchant : 90 invités venus de 23 pays sont annoncés à travers 120 rencontres, débats et lectures répartis d…
  • Les Étonnants Voyageurs à Brazzaville :
    Pour la première fois, et ce après des escales à Bamako et Port au prince, le festival littéraire des Étonnants Voyageurs fait escale à Brazzaville (Congo) du 13 au 17 février 2013. Quelques semaines avant le début du vo…
  • Le souffle rebelle de Rosa Parks, icône de la lutte pour les droits civiques
    On commémore en ce mois de février le centenaire de la naissance de Rosa Parks (1913-2005). L’occasion de lui rendre hommage et de prendre la mesure d’un remarquable geste de désobéissance civile pacifique. Cet acte d’in…
  • Intouchables
    Échaudé par un célèbre précédent (Bienvenue chez les Ch’tis, le film de la laideur autoproclamée), je murmurais par-devers moi contre Intouchables, je redoutais une arnaque de même bobine. Mon entourage avait vu et appré…
  • Un aigle souligne l’azur
    À quoi tient la singularité d’un roman ? La doxa héritée de Céline voudrait que ce soit par la langue. On appelle souvent Rabelais à la rescousse. Céline lui-même convoque La Fontaine. « La Fontaine ? C’est fait, c’est to…
  • « L’occultation de l’histoire afro-antillaise est à la source de la colère de nombreux Noirs de France »
    À partir du 5 février 2012, France 5 diffuse la remarquable série en trois volets Noirs de France sur l’histoire des Afro-Antillais en France. Rencontre avec Juan Gélas qui l’a réalisée avec l’historien Pascal Blanchard….
  • Babel, Babylone
    Babel, Babylone, du poète tchadien Nimrod, vient d’être sélectionné pour le prix des Découvreurs 2011-2012. Nimrod – à la fois romancier, essayiste et poète – vit en France où il enseigne la philosophie.Peut-être qu’il n…
  • La voix de Samira Negrouche, jazz aux syncopes bien tempérées
    […] le poète est une ombre craintive sur un fauteuil déchu face au lampadaire éteint d’une mosquée endormie et rêve au jour qui se lèvera sans lui. Samira NegroucheFaut-il raconter un recueil de poèmes ? Si celui-ci s’y…
  • Sylvie Kandé, la nouvelle Ulysse
    Lire l’entretien de Boniface Mongo-Mboussa avec Sylvie Kandé : [ici]Si c’est notre lot nous saurons bien un jour sur quels rivages innommés l’océan à la vaste mémoire s’en va brisant ses lames. Sylvie KandéÀ qui veut so…
  • Ahmadou Kourouma ou la confusion de deux ordres
    Le rire est son idiolecte. Il pouffe en guise de réponse, glousse quand on l’interroge, s’esclaffe dès qu’on se prépare à le contredire. C’est l’adulte qui, une fois encore, se révèle être la parfaite incarnation bergson…
  • Demain j’aurai vingt ans
    Le dernier récit de A. Mabanckou ne semble pas avoir été apprécié comme les précédents, par le public français, si j’en crois l’article de Christine Rousseau dans Le Monde. Moins brillant certes. Pas d’effets de style c…
  • Ecrire l’Afrique à partir de l’autre rive
    Pour David Koffi N’Goran penser « l’écriture de l’autre rive » chez Alain Mabanckou, c’est aussi penser « les conditions dans lesquelles la marche africaine hors-Afrique préfigure ou configure la marche actuelle du monde ». »…
  • Afrique. Paroles d’écrivains
    Il n’est pas toujours évident de faire parler les écrivains, notamment lorsque ceux-ci sont parfois enfermés dans des carcans d’appartenances géographiques qui tendent à faire passer au second plan leur travail littérair…
  • L’écrivain africain aujourd’hui 
    En vérité la question de l’identité nationale n’est pas si hors de propos qu’il y paraisse. Elle est même au centre de la problématique des écrivains africains d’aujourd’hui. Cela fait quelques années déjà que l’on se p…
  • Marie Ndiaye, cette femme
    Elle aurait aimé le lui dire avec une légèreté à peine grondeuse, comme si cela n’avait été qu’une forme de l’humour un peu rude de son père, et qu’ils en sourient ensemble, lui avec un rien de contrition.              …
  • Gaston-Paul Effa : qu’est-ce qu’être africain ?
    Je ne suis rien que cela : la trace en moi de ma vie passée. Gaston-Paul Effa.L’année dernière, je projetais de reprendre ma chronique avec Nous, enfants de la tradition du Camerounais Gaston-Paul Effa. Mais c’était san…
  • Une relecture du porc-épic de Mabanckou
    Ah comme il est hasardeux de présenter l’œuvre d’un auteur « francophone » et métropolitain sans rien connaître de sa culture ! Voilà ce qui arrive quand on se laisse prendre au discours médiatique de cette nouvelle généra…
  • Black Bazar
    S’il est bien un mot qui inscrit une certaine idée de l’Orient et plus largement de l’exotisme, dans la langue française, c’est bien celui de « bazar ». Les dictionnaires nous signalent qu’il est attesté depuis le premier …
  • La Nouvelle Chose française
    Nimrod nous propose ici une réflexion sur le statut de l’écrivain francophone, terme qu’il abhorre parce qu’il est plus affaire de politique et d’hégémonie culturelle que de poétique et d’écriture : « Il faut dire que la …
  • « L’œuvre de Baldwin est plus que jamais d’actualité »
    Alain Mabanckou, prix Renaudot avec Mémoires de porc-épic (2006) publie un essai, Lettre à Jimmy (Fayard 2007) sur l’œuvre de James Baldwin. Le ton de ce livre (celui de la confidence) sert de prétexte à l’écrivain pour …
  • Le Départ
    Tout écrivain rêve. Bon nombre d’entre eux aimeraient écrire l’œuvre d’une vie, en un volume. Or, la littérature, comme mœurs des gendelettres, ne se prête guère à cet improbable calcul. Écrire au sujet de  » l’horizon « …
  • Cheminements. Carnets de Berlin (avril-juin 1999)
    Ma mémoire est un palimpseste. Il est plein, le parchemin ; mais aussi, aujourd’hui comme hier, en attente et prêt à accueillir une nouvelle écriture et, donc, à enfouir un autre texte, une fois de plus. Au devoir d’accu…
  • Vers le sud
    « Des fois, je me dis que toutes ces histoires de classes sociales, c’est de la vraie merde…Pourquoi ce serait mieux qu’elle baise avec un petit con qui a un nom ? De toute façon, je ne distingue vraiment personne ici. Po…
  • Mémoires de porc-épic
    Mémoires de porc-épic, dernier roman d’Alain Mabanckou vient d’être couronné par le prestigieux prix Renaudot qui lui avait échappé en 2005 – au profit de Nina Bouraoui – pour son roman Verre Cassé.Dans son précédent rom…
  • Le Goût des jeunes filles
    Je suis particulièrement attiré par les femmes. D. L.Un prince au bord’elles Ils sont comme ça, les garçons élevés par les femmes : farceurs autant que facétieux, joueurs et bourrés de reconnaissance pour la vie, et po…
  • Suburban blues
    – C’est exact ! Si ce n’est l’un, c’est donc l’autre. Nous habitons tous les deux rues Jean-de-La-Fontaine. (…) Tchao, man. ! Jah bless, et que rien ne blesse ! ainsi qu’on le dit. Yémy Femmes, Ada vous cherche. Femmes…
  • Voici le dernier jour du monde de Gaston-Paul Effa et Rue du Faubourg Saint-Denis, de Louis-Philippe Dalembert
    Voici le plus beau jour de ma vie, car je vais au livre. Je sais que ma destinée, si singulière, finira dans un livre. Je meurs comme un livre se ferme. (…) Je meurs, mais je tranche. G.-P. Effa Elle souffrait comme c’…
  • Honteuse France
    Encore un incendie, encore un bûcher des corps noirs, des chairs flambées au bas des escaliers Comme on flambait jadis les sorcières. C’est le printemps, c’est l’été. L’hospice des pauvres ne vaut certes pas le Théâtre…
  • Le Goût des jeunes filles
    Je suis particulièrement attiré par les femmes. D. L.Un prince au bord’elles Ils sont comme ça, les garçons élevés par les femmes : farceurs autant que facétieux, joueurs et bourrés de reconnaissance pour la vie, et po…
  • Lyriques amoureuses-3812
    ///Article : 3812…
  • du Climat de peur de Wole Soyinka à Rue Félix-Faure de Ken Bugul
    Presque uniformément la peur sortait d’une chaîne de fabrication d’État… Wole Soyinka Cette énergie, c’était ce qu’il fallait pour que l’être humain survive à la vie. Ken BugulLes écrivains sont des météorologues. D’a…
  • « Le code noir »
    Jamais mon train n’aura ressemblé à celui d’un touriste. Paris… Chaque bâtisse me paraît étrangère, et pour peu qu’un automobiliste klaxonne devant mon égarement, je retrouve enfin mes marques dans cette ville. Je n’ose…
  • Raharimanana, quel qu’en soit le prix…
    Cher Jean-Luc, L’article de Nimrod  » Le fol amour de soi « , publié sous la rubrique  » Rebonds  » d’Africultures, a fait référence à ma contribution intitulée  » Ce soir vous lirez Quignard ou Raharimanana  » parue sur ce s…
1
2